Baisser le taux de rebond sur un site

16 février 2018
Marina Rombaut

Le rebond ? C’est pas bon !

 

 

taux-de-rebond

 

Le taux de rebond est bien un des rares taux que l’on veut voir tout petit petit sur nos statistiques Analytics. A part quelques activités pour qui un fort taux de rebond est normal, nous sommes tous contrariés de voir nos visiteurs …. se carapater !

La bonne nouvelle est que l’on peut améliorer ce taux. Pour cela il suffit d’écouter les clics….

Que nous dit le visiteur ?

Un rebond (définition) en soi, n’est rien qu’un chiffre. Le visiteur qui est entré sur notre site et ressorti aussitôt, lui l’acteur du rebond, nous parle.

Mettons-nous à la place d’un visiteur. Quelles raisons aurais-je de quitter un site aussi sec ?

  • Je ne comprends pas pourquoi j’atterris là
  • Ce n’est pas cette info que je cherchais
  • Le site ne me fait pas bonne impression

Sauf erreur de manipulation de l’internaute ou recherche hasardeuse, dans les autres cas, on peut agir pour garder le visiteur sur notre site.

 

La page d’accueil

La page s’affiche lors d’une recherche directe. Soit l’internaute a tapé l’url de votre site, soit via le search (si vous avez indexé la page d’accueil).

La page d’accueil doit donc « répondre » aux attentes du plus grand nombre, sans ciblage particulier.

Pour éviter que la personne rebondisse, la page d’accueil doit d’emblée, lui parler des bénéfices qu’on lui offre. Avant même de parler de soi, on s’adresse aux visiteurs.

Exemple :

                                                                                                                                                                                                                               On comprend bien le principe : dire Vous au lieu de Nous.

Cette page d’accueil lui plait bien. Le visiteur a envie de bénéficier de la promesse. Il clique. C’est gagné : il n’a pas rebondi !

C’est là que commence le tunnel de conversion. Dès ce clic sur la page d’accueil, on le guide (enfin on essaie) jusqu’à la conversion.

Le Tunnel de conversion

Lorsqu’on part en conquête, lorsqu’on communique pour créer tunnel-de-conversiondu trafic sur son site, la pertinence du message avec ce que le visiteur va trouver en atterrissant sur le site, est très importante pour atténuer le rebond. Il se peut que la page d’accueil ne soit pas adaptée à la cible qui viendra de publicités, par exemple.

Dans ce cas,  la landing page sera soit une autre page du site, soit une page spécialement créée pour les cliqueurs de cette pub. Dans ce cas, la page est éphémère, attachée à une campagne ou une pub, qui aura la même charte graphique comme si elle appartenait réellement au site.

Une fois que le client est capté sur la bonne page, le travail n’est pas fini. En fonction des objectifs fixés, il faut à nouveau solliciter le visiteur.

Veut-on qu’il remplisse son panier ? qu’il s’inscrive à une newsletter ? qu’il laisse ses coordonnées ? les messages et le tunnel seront différents.

Un bouton d’appel à l’action lui permettra de continuer sa visite guidée. Car si les internautes n’ont pas la curiosité (ou nous n’avons pas su l’éveiller) de naviguer sur le site, ils partiront. Si en revanche, on leur suggère quelque chose, on réduit la débandade. Une partie d’entre eux, suivront le chemin qu’on a tracé, continueront dans le tunnel.

Ça parait évident. Oui, oui…

Et aussi…

Les « panneaux indicateurs »

Les sites d’aujourd’hui sont farcis dès leur conception de panneaux indicateurs (les mots-clés, les méta, le nom des visuels…). Ces panneaux comme sur la route, sont placés pour informer les robots des moteurs de recherche.

Heureusement pour nous, les bots sont encore basiques. Ils traitent les informations qu’on leur donne. Mais si les informations sont mauvaises, dans le sens peu pertinentes, l’url qui montera dans la recherche ne correspondra pas à l’attente de l’internaute. Arrivé sur le site, notre ami en ressortira illico.

Soigner les panneaux indicateurs du site permet d’éviter la déception du visiteur et de le voir zapper.

Il est recommandé de réviser ses mots-clés, ses panneaux indicateurs de temps en temps. Dans les cas de création d’un département, un service/produit dans l’entreprise, il est bon de vérifier la cohérence des anciens et nouveaux éléments de référencement et de les améliorer si nécessaire. Sans oublier bien sûr, de travailler les nouvelles landing pages …

Et si tout simplement…

on se mettait à la place de notre visiteur ? Regarder nos  réactions sur tel site, à telle publicité. Remarquer l’agacement que nous génère un manque d’information. Et faire de même avec son propre site, sous le même angle, celui de quelqu’un qui débarque.

Et si vous n’arrivez pas à regarder votre site objectivement, avec un oeil neuf… appelez-moi sans hésiter.

J’espère que cet article vous a plu.

Les commentaires ou les questions sont les bienvenus.  Alors, à vous lire et en attendant …. pensez marketing.

 

Par ici ou Par là

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *